12/10/2018

Le "Grand Genève" dans les limbes

Le "Grand Genève" tient de l'incantation. A part quelques kilomètres de voies ferrées, rien n'indique qu'une communauté, économique et humaine, est en cours de constitution.

Dans sa dernière livraison, La Revue genevoise de géographie, Le Globe (Tome 157-2017) titre : "Le Grand Genève en quête d'identité". Le volume comporte une série d'articles, sur l'historique du développement territorial, ses perceptions, et les discours qui l'entourent.

En résumant, on pourrait dire que la diversité des composantes géographiques comme le flou dans les limites du projet sont des entraves à une adhésion forte de la population au concept.

Concernant la communication, un article procède à une analyse "à charge" des articles de presse et discours politiques sur le sujet, entre 2005 et 2017. Une phrase du résumé :

" Le projet Grand Genève peine à créer autour de lui un sentiment d'identification fort. La collaboration entre le canton de Genève, le canton de Vaud et les départements de la Haute-Savoie et de l'Ain reste depuis 2005 une entreprise qui apparaît lointaine et détachée de toute notion affective aux yeux de la population (...)"

C'est tout à fait la situation à la frange nord-est de cette portion de potentielle métropole, Terre Sainte vaudoise, Région Nyon et Pays de Gex voisin. Pour sa population largement confédérale et internationale, l'intitulé ne suscite aucun intérêt. On commute pour le travail, on pratique intensément le "tourisme d'achat", d'indispensables "frontaliers" assurent le service dans les commerces et à l'hôpital régional. Il y a donc bien osmose régionale, mais strictement économique, dans des intérêts individuels à court terme, sans perspective, ni sentiment d'appartenance.  

Dans sa publication de juin 2018 "Projets d'agglomération", "Les cahiers de l'ASPAN-SO - Association suisse pour l'aménagement national - Suisse occidentale",  le "Grand Genève" n'est cité que marginalement, parmi la vingtaine de projets en cours sur le territoire national. Alors que cet organe a son siège à Nyon...

Genève n'échappera pas au phénomène de métropolisation, et le CEVA, vieux projet, ne résoudra pas tout. Mais il faudrait croire, et savoir faire croire à cette idée, ambitieuse il est vrai. Trop, peut-être.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

30/09/2018

Patrimoine bâti : danger !

Genevois, réagissez !

Des témoins importants de l'architecture moderne sur votre territoire sont en danger. Le Plaza, et les bâtiments de la station d'épuration d'Aïre. Œuvres des fortes personnalités que furent les architectes Marc-Joseph Saugey pour le Plaza en 1952, et Georges Bréra en 1964 pour Aïre. En une époque où l'audace était tolérée, celle, encore optimiste, des Trente Glorieuses. 

Ces deux ensembles sont dûment répertoriés dans le recueil en deux tomes "L'architecture à Genève", 1919-1975, édité par la Direction du patrimoine et des sites DAEL, de la République et Canton de Genève (Payot 1999). Ils figurent, évidemment, aux inventaires genevois et fédéral.

Ediles du moment, assumez cette reconnaissance !

Vous trouverez bien les idées et les moyens de justes reconversions de ces édifices. Par exemple :

Le Plaza, une des plus belles salles d'Europe, en ville qu'il faut animer, à proximité de la gare centrale de Genève-Cornavin, d'accès aisé, d'autant plus avec le développement des transports publics.
Un formidable potentiel pour des activités publiques, culturelles, ludiques, y compris dans les étages de l'immeuble. Un pôle urbain vivant.

plaza.jpg

 

La Verseuse, Aïre. Un magnifique et pur exemple d'architecture moderne, animée, sculpturale.
Deux bâtiments dans un site sauvage, dans ce paysage exceptionnel, peu connu, du Rhône genevois.
Lieu idoine pour des activités publiques, voire didactiques (l'écologie du Rhône ?) accessible par le fleuve, but d'excursions.

VRN_Verseuse17_IMAH_CTheiller_201612_1.jpg

 

Et de grâce, ne parlez pas argent : grandeur et servitudes d'une métropole régionale à connexions planétaires, que se veut Genève !

PS : Pour d'autres patrimoines, pour des regards sur "L'Ailleurs" : grandgeocoucou.com

 

 

09:31 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

28/09/2018

CEVA et Léman Express

Il y a inflation dans la communication.

Lors de l'inauguration de la jonction Thônex - Annemasse des rails du CEVA, le Président (français, de région et de parti) Laurent Wauquiez, aurait dit, la tête dans les étoiles :  « C’est le plus grand réseau métropolitain d’Europe qu’on est en train de réaliser ! ». Où va-t-il chercher ça ? 

Le CEVA, c'est Cornavin - Eaux-Vives-Annemasse, un projet genevois de la fin du XIXe siècle, une ceinture urbaine dans des quartiers maintenant réalisés.

Tout le reste, dans ce cercle de 60 km. de rayon des schémas à gros traits du "Grand Genève", est sur Vaud et France. Genève n'en maîtrise pas le développement, ni en termes d'urbanisation, ni a fortiori d'infrastructures. Et la collaboration tant avec Vaud qu'avec la France est pour le moins problématique (cf. les échecs et tergiversations pour les parkings de transfert modal et les prolongements de lignes TPG).

Hors-les-murs, deux branches en croix. Au sud-ouest, celle vers Bellegarde au succès douteux, considérant, plus loin, la déliquescence du réseau SNCF.  Et les inévitables problèmes concomitants de coordination, de gestion, de personnels (grèves...). 

Au nord-est, le Léman Express. Avec Coppet pour terminus, l'appellation est exagérée, ce serait plutôt Lac de G'nève, La ligne ne va pas à Nyon, chef-lieu régional, hub de transports publics, et partie du mythique "Grand Genève". Quant à Express, pas trop, avec les attentes de durée variable aux nouveaux points de croisements, et les perturbations régulières sur l'extrémité occidentale du réseau CFF (Genève est irrévocablement au bout de tout).

Contribuables genevois, vous aurez certainement des surprises, avec les "Nouvel" gares. Les projets toujours compliqués de ces prime donne de l'architecture finissent souvent devant les tribunaux. La Tribune avait publié une "image de synthèse" du projet pour le Plateau de Champel. De la com', perspective flatteuse, tape-à-l'œil, vieille ficelle d'architectes. Je connais bien les lieux, le premier appartement, Avenue Bertrand, 2 pièces - cuisine au-dessus de la boulangerie. Mais un jour, un Conseiller d'Etat a été séduit par la faconde du grand architecte parisien.

Cette lourde infrastructure est-elle adaptée à Genève ?  Genève se veut toujours rivale de Zurich. Désolé, voisins et néanmoins amis Genevois,  Zurich, c'est "taille patron". Le braintrust du CEVA manipule un peu les chiffres, semble-t-il. Dans un article de la Tribune du 11.09.17, Marian Stepcynski donnait en conclusion d'une fine analyse, entités urbanisées comparables sur le territoire national, les populations de 1'300'000 habitants pour Zurich, contre 570'000 pour Genève.

Au final, un mini-S-Bahn, et une maxi-Genfereï, à un milliard et demi ? 

 

Coppet.Léman.Express.jpg

Coppet VD Gare CFF - Voie 1 - Tête de ligne du Léman Express 
Destination Lancy-Pont-Rouge
mercredi 26.09.2018 - 09:30

08:00 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |