15/11/2018

Geneva's Fleet Street

Alors que les journaux locaux disparaissent les uns après les autres, souvenirs de prime jeunesse, entre Plainpalais et Jonction.

Toute la presse locale, dans sa belle diversité et ses avis souvent tranchés - le politiquement correct et l'auto-censure n'avaient pas cours -, était réunie dans un rayon, à vol de pigeon,  de 600 m. La Suisse (populaire) Rue des Savoises, le Journal de Genève (bourgeois) Rue Bovy-Lysberg, la Voix Ouvrière (organe du Parti du Travail ) Rue Pré-Jérôme, Le Courrier (les cathos !) Rue du Vieux-Billard.

Enfin, la Tribune de Genève, dans le gros bloc entre rues du Stand  / de la Synagogue / des Rois. Dans un article du  04.11.2017, Benjamin Chaix se réfère à l'ouvrage "La presse romande" d'Alain Clavien (2017), pour relever, dès ses origines, la "neutralité" de la Tribune de Genève; les autres titres étant "d'abord des feuilles politiques". Son fondateur, venu des USA, avait pour références les grands titres new-yorkais.

Tous les titres groupaient, dans leurs murs, rédaction, administration et imprimerie. Des trottoirs, on apercevait, par les hauts vitrages, les rotatives disposées en sous-sol. Leur mécanique, compliquée, produisait un bruit caractéristique, rythmique; Arthur Honegger aurait pu s'en inspirer aussi.La TdG était la plus proche, et nous allions, entre copains, "tauper" des chutes de papier derrière les impressionnants massicots. Facilité, j'y avais un grand-oncle typographe, grosses bacchantes et ample blouse grise. De la lignée d'imprimeurs lyonnais, huguenots exilés à Genève, il en avait gardé l'accent - que je retrouve, un peu, chez Gérard Collomb. En début d'après-midi, il y avait l'envol des vendeurs à vélos, les piles de l'édition du soir sur les porte-bagages. Peu après, on entendait les : "Tribuuune !". 

 Aurais-je oublié un titre ? Il y a eu faillites, fusions, sabordages, rachats, dans ce monde impitoyable peuplé de Citizen Kane et de Rupert Murdoch - certains venus d'outre-Sarine.

 

topelement.jpg

La Tribune de Genève, Rue du Stand - 1941
©
 Bibliothèque de Genève et Tribune de Genève

Ce matin 15 novembre 2018, passage à La Tribune, Rue des Rois. Il n'y a plus de tremblements de rotatives, tout est calme et concentration, derrière les écrans. Aimable discussion à bâtons rompus avec un Journaliste (nom connu de la rédaction...). De Gutenberg à Internet, revue des révolutions des médias et de l'information.

La Tribune est donc toujours là, dans cette cité "hors sol" qu'est Genève (cf. Mettan / Mabut). Sous quelle forme va-t-elle évoluer, à l'heure de la "dématérialisation" ? Nous ici, les blogueurs hébergés, préfigurons, peut-être, le futur. La Tribune de la blogosphère, l'agora sur Internet ? S'agit-il d'une communauté ? Avons-nous un sentiment d'appartenance, partageons-nous une certaine identité ? Rêves de journalistes.

13:47 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.